Blog officiel de Sowefund - Plateforme d'investissement dans l'innovation

L’investissement participatif ou l’émergence d’un capitalisme-citoyen

L’investissement participatif ou l’émergence d’un capitalisme-citoyen

Avec une croissance significative en 2014, l’investissement participatif (ou crowdfunding en capital) se positionne désormais comme une alternative financière adéquate aux yeux des entrepreneurs. Ce nouveau marché est en plein essor et représente plus de 10 millions d’euros sur le premier semestre 2014 (soit le même montant que sur toute l’année 2013 !).

Dans un contexte économique difficile dans lequel l’accès au financement est le premier obstacle que rencontrent les entrepreneurs, l’investissement participatif pourrait devenir un pilier du capital-risque en France et une étape obligatoire pour tout porteur de projets en recherche de fonds.

En effet, en proposant aux particuliers d’investir en direct dans l’entrepreneuriat, ce nouvel élève de la chaîne de financement souhaite démocratiser l’investissement et par la même occasion de dynamiser au maximum la croissance, l’innovation et la création d’emploi. C’est le cas de Sowefund qui permet aux « crowdfunders » d’investir à partir de 100 euros dans des start-up à fort potentiel de croissance. En échange de leur participation, les particuliers deviennent de véritables actionnaires de l’entreprise financée et ont un droit de regard sur les décisions des dirigeants.

Le crowdfunding en capital replace véritablement le particulier au centre du processus d’investissement en lui offrant l’opportunité d’investir en toute transparence dans les startups de son choix. Une volonté de la part des plateformes d’étendre les fondements même du capitalisme en donnant à tout à chacun un pouvoir décisionnaire et une liberté d’agir économiquement.

De l’investissement citoyen et responsable?

L’investissement par la foule surfe sur la vague de l’Économie Sociale et Solidaire qui représente près de 12% du PIB français. Des particuliers-investisseurs ou « crowdfunders » qui optent pour placer leur épargne dans des projets dont les bienfaits favorisent l’intérêt général (d’un point de vue sociétal et/ou environnemental). La foule semble donc voir bien au delà du simple rendement financier puisqu’elle contribue de manière déterminée aux questions et problématiques actuelles. Une caractéristique intéressante à soulever qui, selon le professionnel du crowdfunding Adnane Maalaoui, donne naissance à un nouvel investisseur: « le citoyen-investisseur ».

Dans son ouvrage « psychologie de la Foule » paru en 1895, Gustave Le Bon explique que « le véritable progrès démocratique n’est pas d’abaisser l’élite au niveau de la foule, mais d’élever la foule vers l’élite ». Le crowdfunding est en train de réaliser cette pensée ambitieuse en responsabilisant davantage les citoyens sur l’investissement en France.