Uber : les batailles juridiques se poursuivent en Asie

La police Hongkongaise a perquisitionné les bureaux de Uber à Honk Kong, après que des chauffeurs sans permis de conduire ou sans assurance aient été identifiés.

L’Asie, un marché très compétitif

L’Asie, et en particulier Hong Kong, est un marché difficile pour l’entreprise américaine. Il faut dire que les taxis sont très nombreux à Hong Kong (environ 18,000 pour 7 millions d’habitants), et qu’ils sont très bon marché par rapport aux autres villes dans lesquelles Uber a du succès : les taxis hongkongais sont ainsi deux fois moins chers qu’à New York et trois fois moins qu’à Londres en moyenne.

Uber

Des obstacles législatifs omniprésents

Outre ce contexte très compétitif, Uber est aussi confronté à des obstacles législatifs : ses bureaux chinois à Guangzhou ont été perquisitionnés et leurs ordinateurs saisis il y a de cela quelques mois à peine, les autorités considérant Uber comme étant une entreprise aux activités illégales. En Australie, Uber est également sous pression, le gouvernement sommant l’entreprise et tous ses conducteurs affiliés à s’acquitter d’une taxe de 10% sur les biens et services.

Ces obstacles législatifs, souvent mis dans les roues d’Uber sous la pression exercée par les Taxis qui voient en Uber une concurrence déloyale, ne sont pas propres uniquement à l’Asie. En Europe, UberPOP traverse une période très difficile : Uber a même décidé de retirer UberPOP de la France pour éviter trop de complications juridiques. Aux Etat-Unis, les procès s’enchainent, notamment pour savoir si les chauffeurs sont ou non des salariés. La dernière décision de la Cour de New York semblait indiquer que les chauffeurs devaient être considérés comme des sous-traitants et non comme des salariés, une petite victoire pour Uber.

Uber bataille juridique

Uber continue à naviguer à vents contraires.

Malgré toutes les difficultés auxquelles est confrontée l’entreprise américaine, son dirigeant et co-fondateur Travis Kalanick ne baisse pas les bras et continue à développer l’entreprise. Les dernières levées de fonds en Juillet dernier ont été un succès : non seulement l’entreprise est parvenue à convaincre des géants tels que Microsoft, mais elle a également dépassé les 50 milliards de dollars de valorisation.

Travis Kalanick

Travis Kalanick