Start-ups

Emmanuel Macron à Viva Technology : de grands projets pour la Tech en France

La semaine dernière avait lieu la seconde et très attendue édition du salon VivaTechnology. Durant trois jours, le Parc des Expositions, porte de Versailles à Paris, a accueilli start-up (près de 5000 !) et grands groupes, donnant alors un aperçu de ce qui nous attend demain. Le Président Emmanuel Macron lui-même n’a pu rater cette opportunité et était présent, ce jeudi 15 juin, pour explorer le futur le temps d’une journée. Sowefund a eu la chance de garer son Fundtruck et poser ses valises à cet évènement avant-gardiste, clôturant alors en beauté une semaine riche en surprises et en rencontres. (suite…)

Les startups françaises s’attaquent à l’international

Les startups françaises sont de plus en plus nombreuses à l’assaut de l’international : depuis 2011, le nombre de projets d’implantation à l’étranger augmente de 37% chaque année. Une dynamique d’internationalisation est de plus en plus marquée chez les entrepreneurs français : sur l’ensemble des créations françaises de filiales internationales, 20% sont l’œuvre de startup !

Un culture internationale puissante chez les startuppers

La Sillicon Valley incarne par excellence la réussite pour les jeunes startuppers, ce qui explique cette volonté d’insertion que ce soit aux US, ou vers d’autres contrées. Les entrepreneurs d’aujourd’hui proviennent de la génération Erasmus, celle qui prône la découverte d’ailleurs et le goût de l’aventure. De nos jours, lancer son entreprise sans prévoir de s’étendre au-delà de la patrie semble inconcevable. Des contraintes techniques s’ajoutent à ce choix : l’internationalisation fait désormais partie de leur business model, car ces nouveaux projets innovants s’attaquent à des marchés mondiaux. Pour s’assurer un développement conséquent, il faut rapidement se saisir des parts de marché et donc s’implanter dans les lieux clés, qui sont souvent situés ailleurs qu’en France.  Les levées de fonds permettent de financer ce grand départ, et c’est en moyenne 4 ans après leur création que les startups s’élancent vers d’autres pays. C’est notamment auprès des secteurs de l’AdTech (publicité digitale), de l’IoT (internet des objets), et des Fintechs, que le choix d’internationalisation est le plus poussé. Les AdTech et le MarTech réussissent au total plus de 33% des jeunes pousses situées à l’étranger. Le secteur des loisirs-mode-tourisme représentent 9% des internationalisations, suivi de près par les transports (8%).

La French Tech privilégie certaines destinations

Avec 42% des startups implantées dans l’Union Européenne, le vieux continent semble être le grand favori. Toutefois l’esprit de conquête ne se borne pas à l’Europe, et par pays ce sont les Etats-Unis qui dominent (26% des implantations), suivi du Royaume-Uni (13%), de l’Espagne (5%) et de l’Allemagne (5%). Cette décision d’établissement est d’abord dictée par des conditions financières : en moyenne 2,5 millions d’euros sont nécessaires pour s’implanter en Europe contre 5 millions d’euros pour les Etats-Unis. Lever des fonds est donc vital pour réussir son installation à l’étranger. En termes de ville, Londres est la plus attractive au monde (plus de 12% des startups françaises choisissent de s’établir chez les british londoniens), et devance New-York qui est préférée en second lieu (11% des startuppers adoptent la Grosse Pomme pour vivre leur American Dream).

L’internationalisation est donc une étape clé au développement et à la pérennisation des nouvelles entreprises. Cependant elle nécessite des fonds importants, récoltés au cours de levées de fonds colossales. Si vous êtes un jeune entrepreneur conquérant, n’hésitez pas à faire un tour sur notre site afin de financer votre expansion mondiale !

Comment les start-up françaises peuvent-elles devenir des licornes?

A l’occasion du deuxième anniversaire du Hub de Bpifrance, structure de mise en relation entre start-up et grands groupes, la Banque Publique d’Investissement dresse un bilan mitigé des prises de participation des grandes entreprises dans les start-up innovantes. Malgré la multiplication des investissements en 2016 grâce à l’application de la mesure de Corporate Venture, l’effort des grandes entreprises doit être poursuivit afin d’alimenter l’écosystème start-up français et faire éclore plus de licornes dans notre pays.

Aujourd’hui, les grandes entreprises restent encore frileuses face à une prise de participation dans le capital d’une start-up. Elles sont peu nombreuses à le faire, et le font de manière trop exceptionnelle. Quelques opérations emblématiques ont été conclues au cours des derniers mois et années, notamment l’entrée de Renault au capital de Devialet, ou encore celle d’Orange au capital de Wynd. Au total, les entreprises du SBF 120 (indice boursier de référence comprenant les groupes du CAC 40 + les 80 premières entreprises françaises parmi les 200 plus grosses capitalisations boursières) ont réalisé 40 acquisitions en 18 mois. A lui seul et sur le même temps, Google a pris part dans 70 entreprises. Pour Paul-François Fournier, directeur exécutif de l’innovation chez Bipfrance, les licornes françaises se développeront si les 120 plus grandes entreprises acquièrent au moins une start-up par an dans les années à venir.

entrée en bourse

Entrée en bourse de Criteo, licorne française, au NASDAQ.

La relation Corporate – Start-up est importante à plusieurs égards.

Pour les jeunes entreprises innovantes, l’intervention d’une grande entreprise représente un tremplin non seulement financier, mais également en terme de business, ouvrant les portes d’un réseau de clients, distributeurs, partenaires bien étoffé, ainsi qu’une image de marque permettant de propulser commercialement les produits et services développés. Pour les grands groupes, la prise de participation au capital de start-up permet de rester proche des foyers d’innovation et de bénéficier des nouvelles technologies et procédés pour améliorer leurs propres offres. Sans compter la proximité avec le terrain et le bénéfice de la souplesse d’organisation qu’ont les jeunes pousses.

Mais au-delà de ces avantages couramment avancés par tous les acteurs de l’écosystème entrepreneurial français, le financement des start-up par les grands groupes présente un intérêt important pour tout le secteur du capital-risque.

L’investissement dans une entreprise suppose de supporter un certain nombre de risques, qui sont d’autant plus pesants que l’entreprise en question est jeune et innovante. Un des risques principaux pour les investisseurs, en dehors de la possibilité de perde leur mise, concerne la liquidité des titres acquis. La liquidité d’un investissement correspond à la facilité de transformer les titres en cash. Pour cela, l’investisseur doit être en mesure de pouvoir vendre facilement ses parts, ce qui n’est pas le cas pour un investisseur au stade du capital-amorçage. Les actions des start-up sont peu liquides, ce qui refroidis de nombreux investisseurs au moment de prendre part, et préfèrent alors se tourner vers d’autres type d’actifs (actions cotées, d’entreprise en développement, obligations, …).

Le rôle des grands groupes peut être important à ce stade. En participant activement à l’investissement des start-up, ils enverraient un signal rassurant pour tous les investisseurs du capital-risque, ceux-ci identifiant alors plus facilement les acteurs qui pourront acquérir leurs titres. L’effet de levier peut être conséquent et supprimer un nombre de blocages importants chez des investisseurs encore frileux au moment d’apporter des fonds dans une start-up. Les start-up elles-mêmes pourront s’adresser à un nombre de financeurs plus important, en plus des réseaux de business angels, fonds d’investissement et plateforme de crowdequity.

Reste que l’évolution des mentalités vers l’acquisition de start-up plutôt que le développement en interne de l’innovation chez les grands groupes doit encore être faite. Aujourd’hui, les grandes entreprises allouent plus facilement de gros montants à leurs propres services de R&D que dans des start-up développant des produits ou services similaires.

Pour basculer vers une implication plus prononcée des grands groupes auprès des start-up et favoriser les opérations de financement, le Hub de Bpifrance prévoit d’ici à la fin de l’année d’ouvrir une plateforme de mises en relation, permettant aussi bien aux start-up qu’aux grands groupes d’identifier les partenaires potentiels plus facilement qu’aujourd’hui.

Pour rappel, les grands groupes bénéficient depuis fin 2016 d’un avantage fiscal lorsqu’ils investissent au capital d’une start-up. Concrètement, ils peuvent amortir sur 5 ans les actifs détenus au capital d’une start-up, ce qui leur permet comptablement de diminuer leur résultat imposable du montant équivalent à leur investissement. Pour en savoir plus sur cette mesure et son fonctionnement, rendez-vous dans notre guide dédié.

Sowefund rencontre les Audacieuses

Cette semaine, l’équipe Sowefund s’est rendue dans un lieu prestigieux, le bâtiment de BNP Paribas rue Bergère à Paris, afin de passer une soirée unique aux cotés des Audacieuses ! En effet, ce 16 Mai 2017, avait lieu une conférence exceptionnelle placée sous le signe de l’Audace afin de rencontrer des entrepreneures du changement. Au cours de cette 3ème édition du programme d’accompagnement Les Audacieuses, Sowefund a eu le plaisir de découvrir 7 lauréates proposant chacune un projet humain et plein d’avenir.

Qu’est-ce qu’une Audacieuse ?

Aujourd’hui, les inégalités hommes-femmes persistent même dans le domaine des startups. En 2016, seulement 3 entreprises sur 10 ont été créées par des femmes. Le concours Les Audacieuses a donc pour objectif de favoriser à la fois l’émergence d’entrepreneurs sociaux mais également d’aider des femmes talentueuses à s’émanciper et à réussir leur startup. Cet appel à projet d’entreprenariat social pour les femmes a permis à nos 7 finalistes d’être hébergées à la Ruche et accompagnées par La Social Factory (incubateur de start-ups sociales). Au cours de cette soirée, les candidates nous ont offert des programmes surprenant par leurs côtés humain et innovant. Etre audacieuse, c’est être à la fois entrepreneur et moderne.

Quels projets audacieux ?

7 startups extrêmement différentes ont pitché afin de convaincre leur audience. Les Fleurs d’Ici a été la première à se présenter. Cette idée a pris forme suite à un constat alarmant : aujourd’hui, 85% des fleurs que l’on trouve en France viennent de l’étranger, où elles sont produites, puis transportées dans des conditions sociales et environnementales qui laissent à désirer. Cette entreprise est une coopérative de producteurs horticoles d’Ile de France qui propose des fleurs locales et de saison aux particuliers et aux entreprises. En réduisant le circuit de distribution, Les Fleurs d’Ici ont un triple rôle : elles offrent des fleurs plus fraiches à un prix plus juste, protègent l’environnement et sauvegardent les emplois en France.

Nous avons découvert ensuite La Fabrique Nomade, qui agit pour la valorisation et l’insertion professionnelle des artisans migrants en proposant des parcours d’accompagnement leur permettant de mettre en avant leurs compétences artistiques et manuelles.

Saviez-vous que Steve Jobs et Bill Gates sont atteints du syndrome d’Asperger ? Etre différent peut également être synonyme de réussite et c’est cette valeur que défend Asper’team. Son objectif est donc de faciliter l’insertion professionnelle et le maintien durable des personnes atteintes d’autisme par le biais de solutions digitales.

La startup Graapz, quant à elle lutte contre le gaspillage alimentaire en mettant en relation des personnes souhaitant accéder à des fruits et légumes à bas couts et des membres actifs récoltant les invendus chez des commerçants partenaires.

Peligourmet est le fruit d’un pari ambitieux : assurer le co-voiturage de produits locaux afin de permettre aux petits producteurs régionaux de trouver des débouchés en ville et aux citadins d’accéder à leurs produits (une très bonne nouvelle pour les gourmands !).

Game of Good associe virtuel et prise de conscience, notamment en créant des expériences de réalité virtuelle sur des grands sujets de société (vivre le parcours rempli de danger d’un migrant par exemple…) afin de sensibiliser le public à ces thèmes.

L’éducation a également fait partie des pitchs : Thot est une école de français pour les réfugiés et permet aux migrants de bénéficier d’une formation diplômante et d’excellence en français.

Cette belle soirée s’est clôturée par la remise de 3 prix : Thot a remporté l’Office Franco-Québecois pour la jeunesse, Peligourmet a gagné le prix de BNP Paribas et Asper’team a reçu le prix Fondation d’entreprise KPMG France.  Nous souhaitons à chacune de ces startups de continuer sur leur belle lancée !

Les femmes dans les startups : sexisme et inégalités

En 2016, seulement 8% des startups en France étaient créées ou dirigées par des femmes. Le monde de la start-up, synonyme de modernité, semble suivre la même tendance inégalitaire que les entreprises traditionnelles. En effet, les femmes sont également très largement sous-représentées au niveau des levées de fonds : les start-ups dirigées par des femmes ont levé 126,6 millions d’euros en 2016. Un chiffre en hausse depuis 2015 (+85%), toutefois cela ne représente que 7% du montant total levé par les start-ups (d’après le baromètre 2017 réalisé par l’association StartHer avec KPMG). Les femmes ne parviennent pas à rattraper les hommes malgré une hausse des fonds levés, car leur progression est moins rapide que celle du marché global.

Cet écart réside principalement dans le fait que le ticket moyen féminin est nettement plus faible que celui masculin : en moyenne les startuppeuses lèvent moitié moins que les startuppeurs (1,8 millions d’euros pour les femmes contre 3,5 millions d’euros pour les hommes). Les femmes semblent donc limiter la taille de leur tour de financement par rapport à celui des hommes, volontairement ou non.

La représentation des femmes varie également selon le secteur de la start-up

Les startuppeuses sont surreprésentées dans le e-commerce (près de 60% des fonds féminins levés en 2016 concernent ce secteur !), ce qui peut être expliqué par la surreprésentation des femmes dans les écoles de commerce. A contrario, aucune startuppeuse n’a levé de fonds dans le secteur des matériaux, matières premières et de l’énergie. Les femmes jouent tout de même un rôle dans le domaine scientifique : parmi les levées féminines, 17% concernent le secteur de l’électronique-informatique et 13% celui des biotechs.

Le sexisme chez les start-ups est-il un phénomène inéluctable ?

Un véritable réseau féminin s’est bâti afin de lutter contre les inégalités entre sexes. Les startuppeuses peuvent compter sur le soutien d’associations, telle que StartHer dont l’objectif principal est la mise en valeur de femmes travaillant dans le domaine des nouvelles technologies. Les femmes obtiennent alors davantage de visibilité et légitimité. Du côté des entrepreneuses, des incubateurs girl power permettent également de rompre les barrières à l’innovation féminine. L’incubateur Paris Pionnières (créé en 2005) a ainsi permis le développement de 200 start-ups dans lesquelles au moins une femme fait partie de l’équipe dirigeante. Du côté des investisseurs, les Business Angels s’organisent également. Par exemple, Femmes Business Angels réunit plus d’une centaine de femmes qui investissent personnellement et accompagnent les startups à potentiel, c’est l’acteur qui a le plus investi en 2016 dans les start-ups féminines. Plusieurs évènements font la promotion de l’importance des femmes dans l’entreprenariat. Par exemple, la Journée de la femme digitale célèbre l’innovation au féminin et l’importance des femmes dans la vie économique.

Les femmes semblent également se tourner vers des modes de financement alternatifs pour obtenir leurs fonds. Le crowdfunding leur permet ainsi de se financer plus facilement : en effet ce financement participatif s’adresse à tous types de profils d’investisseurs, diminuant alors les comportements genrés.

En 2017, 2 plateformes de crowdequity se placent dans le top 5 des investisseurs soutenant les projets féminins. Sowefund est la plateforme de financement participatif qui a le plus investi dans les start-ups féminines : 60% de ses tours de financement concernent des entreprises dirigées par des femmes. Vous pouvez retrouver les fondatrices de Lunii, Leka et Mon Animal Privéqui ont toutes fait campagne sur Sowefund !

Un avenir meilleur semble s’ouvrir pour les start-ups féminines… Toutefois seulement 3 d’entre-elles ont levé plus de 10 millions d’euros : le service de livraison de repas à domicile Frichti (12 millions), le logiciel dédié à l’expérience client Splio (11 millions) et la plateforme d’e-commerce Afrimarket (10 millions). Le chemin est encore long avant d’atteindre la parité !

#TOP5 des astuces pour faire connaitre sa startup

Votre startup porte un projet innovant et original, prêt à être produit et distribué, mais avez-vous relevé le défi de la communication ?

Voici le top 5 indispensable pour gagner en renommée et crédibilité afin de devenir la nouvelle start-up en vogue.

1) La communication de proximité

Première étape, la plus simple mais une des plus importantes : faire connaitre le prototype que vous proposez. Il est fortement conseillé de développer des goodies et des flyers, expliquant clairement le service et les possibilités que vous apporterez, ensuite inondez votre entourage de ces prospects.

N’hésitez pas à aller à la rencontre du public, afin d’abord de tester le succès et l’engouement de votre produit, mais évidemment aussi de vous faire connaître et d’attiser la curiosité.

2) Les médias et la presse

Quoi de mieux pour accroitre votre réputation qu’une apparition dans un article de presse ou une émission télé ?

Soyez prêts à investir dans les communiqués de presse, c’est certainement la communication qui vous permettra d’atteindre le plus large public.

Les moyens plus informels sont également nécessaires au développement de votre notoriété. Contacter des blogueurs ou influenceurs partageant vos valeurs vous permettra de toucher une clientèle précise et probablement intéressée par votre projet

3) Les évènements

Organiser un évènement novateur vous permettra de vous faire remarquer mais également de créer une image de marque propre à vous-même ! Le street marketing, les évènements fun et également la publication de vidéo youtube vous permettra de vous différencier de la concurrence et surtout de renforcer votre popularité.

4) Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) constitueront la clé de votre communication. En effet, c’est le moyen le moins couteux et le plus efficace pour faire parler de votre start-up ! Via les réseaux sociaux, vous pouvez construire une communauté autour de votre projet et de cette manière vérifier la probabilité de réussite.

5) Les concours de start-up

Ces concours ont un double enjeu : d’abord ils vous permettent de rencontrer des Business Angels et favorisent ainsi grandement votre chance de financement, ensuite ils montrent la force de votre projet aux yeux du grand public. La participation à ces concours donne un gros coup de pouce au lancement de la start-up : cela vous permet de gagner une réputation officielle mais aussi de rencontrer des professionnels et de bénéficier de leurs conseils. En résumé, c’est une formidable opportunité pour étendre son réseau.

Sowefund a donc le plaisir de vous présenter à nouveau son concours de start-up ! En effet le Fundtruck reprend la route afin de promouvoir l’entreprenariat et accroitre la visibilité des jeunes entreprises françaises.

Le concept est simple, des jeunes entrepreneurs partent à la rencontre d’acteurs indispensables à leur développement (investisseurs, stars de l’entreprenariat, médias, grand public, …) à bord d’un food truck. C’est donc une occasion unique de tester leur idée auprès de professionnels de l’entreprenariat et de trouver des investisseurs prêts à les accompagner.

Candidater au Fundtruck

 

L’évolution de la place des animaux de compagnie dans la société

Le business des animaux de compagnie ne cesse de croitre ces dernières années. 4,9 Milliards d’euros sont dépensés chaque année par les ménages pour leur bien-être. La nourriture représente la part la plus importante des dépenses avec 3 milliards d’euros par an mais les autres segments sont aussi en croissance que ce soit le toilettage, les accessoires et même les pompes funèbres ou les assurances maladies.

Les animaux de compagnie au coeur de nos vies

Nous sommes prêts à dépenser beaucoup plus aujourd’hui pour le bien-être de nos animaux de compagnie que ce soit en alimentation ou en accessoires. Cela est permis grâce à l’évolution des modes de vie qui correspond à un pouvoir d’achat plus important.  L’animal de compagnie a un nouveau statut dans la société, il est un membre de la famille à part entière. Cette humanisation de l’animal conduit à l’amélioration des produits pour animaux mais aussi au développement de nouveaux.

Aujourd’hui, la nourriture pour animaux est plus sophistiquée, plus recherchée avec différents goûts, différentes saveurs. Les produits de beauté se sont aussi développés ainsi que les jouets et le mobilier. Tout est mis en œuvre afin que l’animal se sente bien. Leur santé est primordiale, les médicaments comme les tranquillisants sont de plus en plus nombreux. Se développe aussi de nouveaux concepts comme de la chirurgie esthétique pour animaux, des clubs de gymnastique, des chaines de télévision aux Etats-Unis et au Japon. Il y a même certains animaux de compagnie qui héritent du patrimoine de leur propriétaire. Le marché des animaux de compagnie progresse énormément ces dernières années grâce à la place importante qu’ils occupent dans notre quotidien. De nouveaux produits et services se développent pour répondre à la demande de plus en plus forte dans ce domaine.

Un marché en plein essor

Cet engouement génère une forte croissance à ces niveaux là mais également un boom des boutiques en ligne spécialisées proposant une gamme élargie de produits de plusieurs marques. Des produits innovants commencent à être commercialisés. Colliers connectés avec géolocalisation pour ne pas perdre son animal, distributeurs de nourriture intelligents qui dosent son repas, capteurs pour mesurer l’activité physique de l’animal. Ces produits sont maintenant populaires et participent au développement du marché des animaux de compagnie.

Une start-up prometteuse, MonAnimalPrivé.com est actuellement en cours de financement sur notre site. Il s’agit du premier site de ventes privées de produits et services dédiés aux chats et aux chiens. Elle propose des produits variés et se positionne sur un marché en pleine croissance avec une demande de plus en plus forte. Pour en savoir plus sur MonAnimalPrivé.com rendez-vous sur notre site internet !

Investir dans la start-up Mon Animal Privé

L’autisme réconcilié avec la vie quotidienne grâce à la technologie

Alors que la question du handicap s’immisce de plus en plus au cœur des problématiques sociétales, les initiatives se multiplient autour d’un trouble qui touche 1 enfant sur 100 en France : l’autisme. Un trouble qui les amène à avoir des difficultés motrices, intellectuelles, comportementales et sociales.

Il y a un mois se déroulait la journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme et nous avons pu constater que de nombreux outils technologiques se développaient cette année afin de faciliter la vie quotidienne des enfants atteints de troubles autistiques.

Auticiel : pour une communication simplifiée

Les enfants atteints de troubles autistiques ont souvent besoin de canaliser leur attention sur un objet, une activité. Avec l’omniprésence des écrans dans nos vies, il semblerait que la nouvelle lubie de ces enfants soit toute trouvée !

Auticiel a su surfer sur cette vague digitale et a lancé une application aidant les autistes à mieux communiquer avec leur entourage. Un outil avant tout orienté vers la reconnaissance des émotions, qui s’est ensuite diversifié afin de toucher d’autres sources d’angoisse pour ces enfants tel que le fait d’apprendre à se repérer dans le temps en apprenant à lire l’heure, par exemple. Les différents outils sont conçus comme de réels compagnons vers l’autonomie et s’adaptent en fonction des centres d’intérêt de l’utilisateur.

Grâce à un succès que nous pouvons qualifier d’international, Auticiel a pu développer une tablette adaptée à sa cible. Ces tablettes sont remboursées par les Maisons départementales pour les personnes en situation de handicap afin que les outils Auticiel restent accessibles à tous. L’application s’est donc entièrement intégré dans la vie des personnes en situation de handicap et propose même à présent des produits et programmes de formations pour les établissements professionnels.

WatchHelp : pour les tâches quotidiennes

Lauréat de la 115ème édition du concours Lépine et primé à de nombreuses reprises, WatchHelp est une application fonctionnant avec une montre connectée, et qui aide les personnes atteintes de troubles cognitifs et mentaux.

Il s’agit en fait d’une application permettant aux parents et tuteurs de programmer une série de tâches que l’enfant atteint de troubles autistiques doit effectuer tout au long de sa journée. Les tâches arrivent donc sur la montre que l’enfant porte au poigné, ce qui la fait vibrer et laisse apparaître le détail des tâches en images. C’est grâce à une application téléchargeable sur Androïd, et bientôt iOs, que les parents et tuteurs des enfants autistes pourront contrôler à distance ce qui s’affiche sur la montre de l’enfant.

Cette technologie maligne a d’ores et déjà séduit de nombreux foyers et structures médico-sociales. Du fait qu’elle soit adaptable à tous les âges, elle est une vraie révolution dans l’acquisition d’autonomie chez les enfants atteints de troubles autistiques.

Leka : pour jouer et apprendre

Enfin, nous vous parlerons de Leka, un petit robot ludo-éducatif que parents comme enfants adorent déjà !

Leka a été développé avec des professionnels de santé et testé constamment sur le terrain afin de répondre au mieux aux besoins des « enfants exceptionnels ». Le robot est ainsi capable de créer des interactions avec l’enfant, chose parfois encore difficile pour parents comme professionnels, afin de leur permettre de vivre des expériences enrichissantes. Le robot facilement transportable joue à la fois avec la sensorialité, la mobilité, l’interactivité et l’émotion. L’attention et la concentration de l’enfant sont alors captées afin de lui assurer un moment d’amusement avec son entourage. Au-delà de la conception du robot, Leka a développé des applications de jeux que les parents peuvent aisément activer à distance sur le robot.

Après une première campagne événement sur la plateforme de crowdfunding Indiegogo et un succès outre-Atlantique avec l’accélérateur de start-ups Techstars, Leka lance un second tour sur Sowefund. Alors, pour prendre part à cette aventure exceptionnelle, rendez-vous dès maintenant sur Sowefund !

Investir dans la start-up Leka

Positive Impact Challenge @VivaTechnology : l’appel à projets est lancé !

Qui a dit que l’innovation et la tech ne pouvaient pas avoir un impact positif sur la société, l’environnement, le travail ou encore la santé ? Les nouvelles technologies peuvent effrayer, et sont parfois associées à l’ubérisation, la robotisation, la maximisation du profit, la précarisation voire la destruction de l’emploi … Pourtant aujourd’hui l’innovation est de plus en plus consciente et responsable, et c’est que veux prouver au grand public le salon VivaTechnology.  (suite…)

Respect des dernières volontés : L’importance du testament

Il est important de rédiger un testament afin d’exprimer ses dernières volontés et de protéger ses proches.

La plateforme Testamento, permet de démocratiser l’accès au testament. Elle fût le deuxième projet financé sur Sowefund.com.

À QUOI SERT UN TESTAMENT ?

Le testament est un moyen imparable pour l’organisation de la succession, quel que soit le patrimoine. Celui-ci se décline sous plusieurs formes : le testament olographe, le testament authentique et le testament mystique.

Le document doit s’adapter à votre situation dans l’intention de protéger au mieux les intérêts de vos proches. Il est alors souvent conseillé de recourir à un avocat pour vous aider à le rédiger ou l’enregistrer. Se faire assister par un professionnel peut parfois être indispensable pour avoir une garantie sur la conformité et la recevabilité du testament ou encore pour éviter qu’il soit contesté.

En l’absence de testament, c’est à la personne la plus proche du défunt de prendre en charge l’organisation des obsèques. Elle doit alors veiller à ce que celles-ci ne soient pas contraires à l’éthique. De plus, sans acte le patrimoine est partagé selon les règles prévues par la loi.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE TESTAMENT

  • Le testament olographe

C’est le simple et le plus abordable des testaments. Lors de sa rédaction la précision est exigée, le testateur doit bien mentionner explicitement ses dernières volontés afin d’éviter une mauvaise interprétation de l’acte. En effet, cela pourrait entrainer un risque de conflit et de litige.

Ce testament doit être nécessairement et entièrement écrit, signé et daté de la main du testateur. Dans le cas inverse, il sera déclaré nul et sans valeur juridique. Pour s’assurer que la loi est respectée, le testateur peut choisir d’être assisté par un avocat dans la rédaction de son testament.

  • Le testament authentique

Ce testament est un acte public, il nécessite l’intervention d’un ou deux notaires ainsi que de deux témoins. Cet acte notarié est dit « authentique » lorsqu’il est rédigé par un notaire, un officier public ministériel, sur les consignes du testateur qui lui dicte ses souhaits. Le fait que l’acte soit certifié par le notaire en fait un acte sûr et incontestable. Il permet donc d’éviter les éventuels litiges familiaux au moment de la succession. Le notaire se devra de conserver l’acte.

  • Le testament mystique

Il s’agit de la forme la moins utilisée en France. C’est acte est réalisé dans le plus grand secret par le testateur. Celui-ci le remet ensuite dans un enveloppe fermée, cachetée et scellée à un notaire et ce devant deux témoins. En théorie, seul le testateur connait le contenu de cet acte. Ce qui signifie que le notaire n’a pas pu l’examiner, il est donc possible que ce testament contienne des incompatibilités juridiques et cela pourrait entrainer les héritiers à contester le contenu.

Quelle que soit la forme du testament, le recours à un avocat est inévitable pour déterminer le contenu. Afin de respecter les dernières volontés du testateur, il est primordial d’enregistrer le testament sur le fichier central des dispositions de dernières volontés (FCDDV).

LA START-UP TESTAMENTO

Aujourd’hui il existe des moyens rapides et légaux pour rédiger son testament.

Par exemple la plateforme Testamento, celui-ci a pour but de démocratiser l’accès au testament. Leur démarche est d’informer et encourager le grand public à faire un testament.

C’est aujourd’hui la façon la plus simple et la plus rapide de rédiger son acte, sans se déplacer, elle permet de traiter les cas les plus communs. En revanche pour les testaments plus complexes ou pour des patrimoines importants, il est conseillé de contacter un notaire.

C’est un service légal proposant de rédiger son testament olographe en ligne avec ou sans enregistrement par un notaire.

Par l’intermédiaire de ce service, on peut exprimer ses volontés dans son acte et désigner les personnes en charge de les faire respecter.

On peut également faire l’inventaire des biens à ne pas oublier au moment de sa succession (avec ou sans testament).

LE LANCEMENT DE SON OUTIL PROFESSIONNEL

Quelques mois après la présentation en avant-première d’une offre pour les professionnels, sous forme de logiciel, la start-up lance aujourd’hui officiellement des nouveaux programmes à destination des : notaires, courtiers, CGP (conseiller en gestion de patrimoine), ainsi que les acteurs de la banque et assurances.

Pendant 6 mois, des dizaines de professionnels ont participé au développement et testé en avant-première les outils pros de la plateforme Testamento. Grâce à cette contribution des professionnels dans le développement des outils, Testamento est en mesure de leur proposer une offre véritablement adaptée à leurs besoins et à ceux de leurs clients.

Les offres sont flexibles, paramétrables et totalement sécurisées, elles bénéficient de l’expertise technologique de la start-up et prennent en compte des besoins en fonction des secteurs. La fonctionnalité phare du nouvel outil est que la plateforme intègre un logiciel qui génère des clauses bénéficiaires d’assurance vie.