Blog officiel de Sowefund - Plateforme d'investissement dans l'innovation

La pollinisation, un facteur à maîtriser d’urgence.

La pollinisation, un facteur à maîtriser d’urgence.

« Nous voyons l’abeille se poser sur toutes les plantes et tirer de chacune le meilleur », tel fut déjà le constat de l’orateur grec Isocrate sur les hauteurs de l’Acropole d’Athènes. Cette pensée possède aujourd’hui une résonance particulière à l’heure où ce maillon indispensable de l’agriculture est menacé.

L’abeille, un acteur primordial menacé

Selon un rapport du parlement européen porté par l’eurodéputé Norbert Erdos datant de Mars 2018, 84% des espèces végétales et 76% de la production alimentaire en Europe dépendent de la pollinisation des abeilles.

Les abeilles sont les garantes de l’équilibre des écosystèmes et de notre agriculture et assurent des rendements importants aux sein des cultures. Or aujourd’hui, les abeilles, qui sont la clef de voûte du processus de pollinisation notamment des arbres fruitiers, sont fortement menacées : produits phytosanitaires (néonicotinoïdes), réchauffement climatique, manque de biodiversité dans les cultures, concurrence de la part d’autres insectes hostiles ainsi que le fort développement du tissu urbain ont conduit à une disparition de 100 000 ruches en 20 ans dans l’hexagone.

Les autres insectes pollinisateurs ne sont pas en reste puisque certains ont déjà fait les frais de ces fléaux. A titre d’exemple, près d’une vingtaine d’espèces de bourdon ont quasiment disparues des cultures belges depuis le 20e siècle. Les 68 espèces de bourdons d’Europe ont fait l’objet d’une étude dont le résultat inquiète les experts : 24% d’entre elles sont menacées d’extinction. Or, tout comme les abeilles, les bourdons sont indispensables à la reproduction des végétaux et à la production agricole. Chaque année, leur pollinisation apporte à l’agriculture européenne plus de 22 milliards d’euros.

 

De la robotique aux solutions clé-en-main plus naturelles d’Osmia

Aujourd’hui dans un contexte où le rendement des arbres fruitiers est en forte baisse à cause d’aléas climatiques qui se sont illustrés par des gelées lors du mois de Février et Mars, les apports d’intrants chimiques ont atteint leur limite en terme d’efficacité et d’impact sur l’environnement. La pollinisation reste à ce titre un levier de croissance sous-estimé pour assurer des rendements importants. Il est donc nécessaire de trouver des biais efficaces pour assurer la pollinisation que les abeilles sauvages ne sont plus à même de faire de manière efficiente surtout si l’on souhaite conserver des rendements toujours aussi hauts pour continuer à nourrir les 9 Milliards d’êtres humains qui peuplent notre planète.

Pour assurer cette pollinisation et conserver des rendements excellents, certaines entreprises à l’image de la géante américaine Wal-Mart ont fait le pari de développer des drones-abeilles. Grâce à des capteurs, ces drones miniatures et autonomes aux allures d’abeilles sont destinés à reproduire les actions de ces dernières dans la nature. Ces solutions futuristes s’attirent néanmoins les foudres de la part de nombreux acteurs du monde agricole qui voient en ces technologies un contournement du problème en créant un nouveau monde aseptisé au lieu de protéger celle existante.

D’autres acteurs proposent des solutions plus pragmatiques, naturelles et durables à l’image de l’entreprise Osmia pour assurer la pollinisation des cultures. L’entreprise apporte des solutions clé-en-main de maîtrise de la pollinisation et d’optimisation du transport du pollen en sélectionnant le type d’abeille le plus efficace (les osmies) pour chaque culture. Ses services s’adressent à tous les acteurs de la filière, du groupe semencier à l’agriculteur et visent à mettre l’accent sur un nouveau levier trop sous-estimé : la pollinisation. Et les résultats ne se font pas attendre : 10 à 25% de rendement supplémentaire, c’est ce que permet la startup agenoise grâce à sa solution clé-en-main.

Ainsi, il semble évident que dans un contexte pareil, il est urgent de repenser nos modes d’agriculture, plus respectueux de l’environnement en particuliers des abeilles qui assurent la pollinisation des cultures. À ce titre, Osmia, remet ces abeilles au centre de nos cultures pour en tirer le meilleur comme disait l’orateur grec. 

Un très beau projet à découvrir rapidement sur Sowefund.com !

Découvrir le projet Osmia

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *