TOUT D’ABORD, POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER À CEUX QUI NE VOUS CONNAISSENT PAS ?

Bonjour !  Je suis mariée et mère de 4 enfants. Mes enfants sont les premiers supporters de Cardiags !

J’ai eu mon diplôme d’ingénieur en électronique option télécoms à l’école polytechnique d’Alger. Puis j’ai commencé une carrière d’Enseignante-Chercheuse, en travaillant déjà avec l’INSA dans le cadre de mon doctorat de 3ème cycle.

J’ai rejoint l’INSA de Lyon avec mon époux Kamel pour y passer nos doctorats d’état.  Mes enfants sont nés sur le campus de l’INSA où nous vivions au milieu de la verdure et au rythme de l’INSA de Lyon. Cela nous a permis de rester disponibles pour nos enfants et de travailler souvent le soir, parfois les dimanches !

Ma famille m’attribue ces qualités principales : la ténacité et l’enthousiasme et je suis d’accord !

NAPOLÉON HILL DISAIT, “TOUTES LES RÉALISATIONS, TOUTES LES RICHESSES ACQUISES ONT DÉBUTÉ AVEC UNE IDÉE”. ET VOUS, COMMENT VOUS EST VENUE L’IDÉE DE CRÉER CARDIAGS ?

Kamel, l’autre co-fondateur de Cardiags, travaillait déjà dans le domaine des dispositifs médicaux innovants, de la Recherche & Développement aux questions règlementaires et à la fabrication. J’intervenais dans les entreprises et je voyais le décalage qu’il y a souvent entre la recherche de laboratoire et l’entreprise. De formation initiale ingénieure j’étais de plus en plus tentée par le monde de l’entreprise.

Je suis d’une famille à hérédité lourde en cardiologie. J’ai appris en l’espace de deux mercredis successifs le décès de mes deux sœurs, l’une d’un arrêt cardiaque à la suite d’une prise médicamenteuse et la deuxième d’un AVC. Ce fût le choc, le déclic, et une motivation supplémentaire pour préciser l’idée.

Les cardiologues parlent de recueillir le plus de signes pour détecter une maladie. Je me suis donc intéressée à l’objectif de recueillir le plus de signes possibles par des non-cardiologues et que cela soit simple et rapide.  

QU’EST-CE QUI VOUS A POUSSÉ À CHOISIR LA VOIE DE L’ENTREPRENEURIAT POUR METTRE EN ŒUVRE CE PROJET ?

Nous aimons travailler et nous aimons aussi nous organiser en fonction de nos contraintes familiales. Nous sommes complémentaires dans nos formations respectives mais aussi de caractère. Kamel se lie à un plan de développement de projet et y va à fond au jour le jour. Moi j’ai la vision du projet, de ses évolutions et voies possibles. Je vais facilement vers les autres, je me forme et je m’adapte aux aléas concrets.

Nos expériences respectives nous ont amené à écrire le projet et à fabriquer un premier prototype simple. Les Professeurs émérites Robert Goutte et Michel Amiel, mes directeurs de thèse auxquels nous avons soumis l’idée, nous ont encouragé. Nous avons présenté le projet à BPI France, la Région, les réactions étaient toutes positives. Et c’était parti !

QUEL EST L’OBJECTIF DE CARDIAGS ? POUVEZ-VOUS NOUS EXPLIQUER PLUS EN DÉTAILS CE PROJET ?

Cardiags a l’ambition d’être au cœur de la prévention et du suivi en cardiologie. Nous développerons des dispositifs intelligents connectés et des services afin d’optimiser ces étapes importantes dans la conservation de la santé de l’individu.

Nous avons développé Cardiags Trimod, un premier dispositif médical de détection précoce et rapide d’un large spectre d’anomalies cardiaques, intelligent et connecté. Des algorithmes basés sur ces anomalies permettent de fournir une aide à la décision immédiate. Notre dispositif est simple à utiliser par des professionnels de santé non-cardiologues, là où se trouve le patient. Le partage des données via notre plateforme se fait avec un cardiologue distant, en instantané ou en différé pour accélérer la prise en charge si besoin.

QUELLES VALEURS AVEZ-VOUS SOUHAITÉ VÉHICULER EN CRÉANT CARDIAGS ?

Des valeurs de travail, de créativité au service de la société. Les projets doivent avoir du sens pour nous ! Dans ce contexte, il est possible d’enchaîner des heures de travail…. C’est une belle aventure, quoique ardue, où nous avons fait de belles rencontres.

POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI DE MENER UNE CAMPAGNE D’INVESTISSEMENT PARTICIPATIF POUR DÉVELOPPER VOTRE PROJET ?

Nous pensons que notre projet est d’utilité publique. En particulier en cardiologie, qui n’a pas dans son entourage quelqu’un qui est touché ? Investir dans ce projet c’est investir dans un projet qui a du sens, un projet qui permet d’objectiver les examens à distance qui concernent potentiellement tout le monde, particulièrement en ces temps de pandémie, un projet qui a l’avantage de privilégier la proximité du patient avec son réseau de soignants et donc un projet complètement compatible avec l’investissement participatif.

QUELS SONT VOS PROCHAINS DÉFIS OU VŒUX POUR LES ANNÉES À VENIR ?

Nous voulons développer une gamme de produits et de services pour le professionnel de santé et le patient, bien adaptés en particulier au contexte de la gériatrie et de toute personne fragile.

Nous pensons, comme le font actuellement les acteurs du domaine de la santé, que le patient doit être un acteur actif dans le maintien de sa santé !

Nous destinons d’abord nos produits aux professionnels de santé puis nous proposerons à terme des produits plus simples à utiliser issus de ce savoir-faire directement aux patients.

UNE JOURNÉE DANS VOTRE PEAU, ÇA RESSEMBLE À QUOI ?

Beaucoup d’organisation ! J’ai des post-it de rappel en amont de chaque journée ! Une vie en semaine réglée en fonction de l’entreprise et de ma famille mais dans la joie parce que je me réalise dans mon travail ! Le week-end il me faut de la verdure pour me ressourcer. Je suis très respectueuse de l’environnement.

ET POUR FINIR, POUVEZ-VOUS NOUS DIRE VOTRE PHILOSOPHIE DE VIE EN 3 MOTS ?

Faire ce que j’aime, du mieux possible, en ne ménageant pas mes efforts pour conserver ma joie et diffuser mes valeurs autour de moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *