TOUT D’ABORD, POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER ? QUI SE CACHE DERRIÈRE IMMOBLADE ?

Xavier : Je m’appelle Xavier SEMBELY, je suis président et co-fondateur d’IMMOBLADE, et j’ai 46 ans. Ingénieur de formation, j’ai eu la chance de mener toute ma carrière sous le signe de l’innovation, principalement dans le secteur spatial, chez Airbus Defense & Space où j’ai occupé des postes d’ingénieur système et de chef de projet. Je suis marié et père de deux enfants.

Patrick : Je suis directeur général et co-fondateur d’IMMOBLADE, en charge des ventes et des finances. J’ai 34 ans, je suis marié et père de 3 enfants, et avant de rejoindre la société j’ai travaillé en France et en Allemagne comme acheteur et responsable service client dans l’aéronautique chez Airbus.

COMMENT VOUS EST VENUE L’IDÉE DE CRÉER IMMOBLADE ? NOUS VOULONS TOUT SAVOIR SUR LA GENÈSE DE CETTE STARTUP INNOVANTE !

Xavier : En 2010, j’ai fait construire ma maison, une maison bioclimatique en ossature bois, que j’avais en grande partie conçue. Malgré sa très bonne isolation, ou à cause d’elle d’ailleurs, j’ai pu constater dans les années qui ont suivi qu’elle chauffait beaucoup l’été, notamment à cause de la seule fenêtre que j’avais ouverte à l’ouest et qui prenait beaucoup le soleil l’après-midi.

Je me suis demandé s’il était possible de faire quelque chose d’aussi simple qu’une avancée de toit – qui protège très bien une fenêtre plein sud – mais qui fonctionne pour toutes les orientations. Et j’ai utilisé pour cela les outils que j’utilisais tous les jours en tant qu’ingénieur système satellites : et l’ingénierie système démarre pour un satellite par la compréhension des trajectoires.

Cette innovation c’est un peu la rencontre du bâtiment et du spatial en somme. Et j’ai commencé par poser le brevet en 2015, sans savoir si ce système – très simple à mes yeux – existait déjà. Ce n’est que quand j’ai eu le retour très positif de l’office des brevets que l’idée de créer une entreprise a vraiment germée. Là, j’ai eu la chance d’être accompagné par le groupe Airbus (via l’Airbus BizLab et un programme d’essaimage), notamment pour réellement prendre le temps de confronter mon idée au secteur du bâtiment. C’est aussi au BizLab que j’ai rencontré Patrick.

Patrick : je suis arrivé dans l’aventure alors que Xavier avait posé les premiers jalons. IMMOBLADE était en incubation à l’accélérateur d’Airbus. Trois aspects m’ont décidé à rejoindre l’aventure :

  • L’objectif : c’est exaltant de se dire que l’entreprise qu’on crée vise à apporter une petite pierre dans la lutte contre le réchauffement
  • Une idée à la fois très innovante, et qui repose sur un principe simple
  • L’associé : c’est presque plus dur de trouver la bonne personne que la bonne idée ! Avec Xavier je suis tombé sur quelqu’un qui a une très grande compétence, qui a des expériences et des domaines d’expertise complémentaires des miens, et dont je partage la vision.

POUVEZ-VOUS NOUS PRÉSENTER PLUS EN DÉTAILS VOTRE SOLUTION ? C’EST IMPORTANT POUR VOUS D’AVOIR UN PROJET À IMPACT POSITIF ?

Xavier : IMMOBLADE est une innovation qui consiste à laisser travailler le soleil à notre place pour gérer au mieux les apports solaires sur le bâtiment en fonction des saisons. Et l’astuce consiste à incliner les lames de stores, de façon optimale par rapport aux trajectoires du soleil, vues de chaque façade. C’est donc de l’énergie solaire gratuite, mais différenciée selon les saisons.

Dans ma vie professionnelle, j’essaye avant tout de faire les choses avec passion : Le spatial était mon rêve d’enfant, et j’ai eu la chance de pouvoir m’y investir dès la fin de mes études. Ma motivation d’adulte, c’est de mettre toute mon énergie à travailler au défi du siècle : la lutte contre le réchauffement climatique. Et passer du constat, forcément anxiogène, à l’action, au concret, c’est libérateur.

Patrick : C’est une solution qui apporte à la fois un bon niveau de protection solaire, et qui est simple à mettre en œuvre et ne demande aucune action en opération. Je le vois en prospection : quand je présente IMMOBLADE en une phrase ou deux j’arrive tout de suite à retenir l’attention de mon interlocuteur.

Travailler sur un projet à impact présente un certain nombre d’avantages : ça permet de mobiliser nos équipes, et c’est un bon argument pour recruter et attirer certains financeurs.

POURQUOI AVOIR CHOISI LA VOIE DE L’ENTREPRENEURIAT POUR MENER A BIEN VOTRE PROJET ?

Xavier : Quoi que très motivé par l’entrepreneuriat depuis des années, j’étais relativement ouvert sur les options possibles pour faire mûrir l’idée au moment de la gestation de celle-ci. Mais l’innovation demande souvent un engagement total. Il est très difficile de demander à quelqu’un, par exemple un industriel, de porter une innovation à votre place, sauf si cette innovation est proche de son cœur de métier.

C’est la rencontre avec des responsables innovation de plusieurs grands groupes verrier fin 2017 qui m’a convaincu qu’il fallait se lancer. L’intérêt était certain, mais l’innovation n’était à l’époque qu’un concept, et manifestement un OVNI par rapport à leurs programmes de R&D classiques. Le modèle start-up s’imposait pour faire éclore cette innovation.

Patrick : C’est bien sûr assez exaltant de se lancer dans ce genre d’aventure en partant d’une feuille blanche. La voie de l’entrepreneuriat est intéressante pour développer ce type d’innovation demandant un travail de recherche et développement important. L’agilité dans la prise de décision et le niveau de prise de risque serait plus difficile à mettre en œuvre dans une entreprise établie.

POUR DÉVELOPPER DAVANTAGE IMMOBLADE, VOUS AVEZ DÉCIDÉ D’AVOIR RECOURS AU FINANCEMENT PARTICIPATIF. POUVEZ-VOUS NOUS EXPLIQUER POURQUOI ?

Patrick : Notre innovation peut s’expliquer facilement, elle traite une problématique que tout le monde a rencontrée, et beaucoup de gens nous rejoignent dans notre vision. Passer par Sowefund s’est donc rapidement imposé comme étant un complément intéressant aux autres modes de financement.

Xavier : Oui, les valeurs que nous portons – la recherche de solutions simples et déployables rapidement pour réduire notre empreinte carbone – trouvent un vrai écho auprès d’investisseurs engagés. Enfin notre projet est trop industriel pour beaucoup de fonds de capital risque, et pour l’instant trop teinté ‘innovation’ pour du financement purement industriel. Sowefund nous permet de présenter notre projet à des investisseurs qui investissent également par conviction.

À QUOI RESSEMBLE UNE JOURNÉE TYPE DANS VOTRE PEAU ?

Patrick : Aucune journée ne ressemble à une autre. S’il y a quelques constantes, c’est bien la variété des tâches (allant du très concret au stratégique) et la multiplicité des contacts humains avec les clients, les investisseurs, les employés, mon associé…

Xavier : C’est bien vrai. Pendant la journée, ma règle de conduite est de donner la priorité N°1 aux clients, la priorité N°2 aux requêtes de l’équipe, et la priorité N°3 à tout le reste. Autant dire que les journées finissent souvent tard pour faire avancer les actions de fond, celles qui augmentent la valeur de l’entreprise.

SI VOUS DEVIEZ DONNER UN SEUL CONSEIL A UN(E) FUTUR(E) ENTREPRENEUR(E), CE SERAIT LEQUEL ?

Patrick : Et bien j’en donnerai deux : n’hésitez pas à parler de votre idée autour de vous, et d’aller rapidement vers des clients potentiels qui seront des mines d’inspiration et qui peut-être vous permettront de vous lancer pour de vrai. Et persévérez : la phase initiale peut être longue mais elle est précieuse, et enrichissante… quel que soit le résultat !

Xavier : Ne perdez jamais de vue votre idéal ! La route sera chahutée, les moments de doute nombreux, les succès euphorisants. Pour garder le cap dans cette tempête émotionnelle, il faut s’accrocher au sens profond que vous donnez à cette aventure entrepreneuriale.

ET POUR FINIR, QUELLE EST VOTRE PHILOSOPHIE DE VIE EN 3 MOTS ?

Xavier : Optimisme, créativité, passion

Patrick : Enthousiasme, ténacité et humanité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *