TOUT D’ABORD, POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER ? QUI SE CACHE DERRIÈRE OVAOM ?

Wandrille :

Et bien je suis Wandrille, celui qui, dans l’équipe est chargé de tout ce qui touche aux manettes et à leur design. Cette partie, sur laquelle j’ai adoré travailler, est maintenant terminée, ce qui me permet depuis quelques mois de me dédier à la commercialisation de notre kit. Totalement en phase avec ma personnalité, je suis toujours partant pour de nouveaux challenges et enthousiasmé par les rencontres ! C’est surtout l’opportunité de développer de nouvelles compétences et d’être en contact avec nos utilisateurs et futurs clients.

C’est ce que j’adore dans mon aventure avec Ovaom… À mes yeux, c’est une chance de pouvoir switcher entre ces deux rôles, cela me donne accès à une expérience de terrain passionnante qui nourrit le développement de notre start-up…

Comme je m’adresse à des curieuses et curieux qui envisagent d’investir dans notre société, si vous voulez véritablement comprendre qui se cache derrière OVAOM, prenons rendez-vous ! Nous pourrons faire véritablement connaissance et comprendre comment votre vision et la nôtre peuvent coïncider ! Et si vous êtes vraiiiiiiment curieu(se)x je pourrais vous raconter ma vie (rires).

Doris :

Moi aussi j’aime bien raconter ma vie (rires). Je m’appelle Doris C. Keller – C. pour Clara, le nom de mon arrière-grand-mère à qui je dois en grande partie l’esprit entrepreneurial qui m’a animée depuis toujours : après avoir obtenu un diplôme de banquière, j’ai créé ma première société d’événementiel à l’âge de 21 ans en parallèle d’études d’ingénierie textile en Allemagne. Voici quelques mots qui vous donneront une meilleure idée de qui je suis … un électron libre qui aime le travail d’équipe, qui ose, teste et explore, guidée par mon intuition. Éternellement motivée par l’envie d’apprendre, créer et construire ce qui n’existe pas encore.

OVAOM incarne tout cela. L’équipe a créé un dispositif éducatif basé sur l’innovation d’usage qui parle instantanément aux précurseurs et qui challenge les autres professionnels à ré-imaginer leurs méthodes.

Ayant bénéficié d’une éducation musicale depuis l’âge de trois ans, l’idée de contribuer au développement d’un instrument qui démocratise les apprentissages par la musique a été une évidence pour moi dès ma première rencontre avec l’équipe.

COMMENT EST VENUE L’IDÉE DE CRÉER OVAOM ?
NOUS VOULONS CONNAÎTRE TOUTES LES ÉTAPES DE CE BEAU PROJET !

Wandrille :

Vous voulez connaître toutes les étapes ? Alors appelons-nous ! Ce sera passionnant ! Dans la vie, tout est une histoire de rencontre et pour OVAOM, c’est pareil : un groupe de personnes qui s’associent pour porter ensemble l’idée inspirante que nous a transmis Muriel Colagrande (notre CEO) : Permettre aux enfants d’apprendre plus facilement en utilisant la musique et du jeu comme levier cognitif et pédagogique.

Ensuite, l’idée a vite trouvé son premier marché et nos échanges avec les thérapeutes et les enseignants ont fait émerger des besoins insoupçonnés. Nous avons alors exploré de nombreuses pistes pour ensuite les condenser dans une forme numérique, tangible et musicale afin de donner vie à un jouet éducatif encore jamais vu sur le marché (et en + il est évolutif !).

Doris :

Wandrille et moi nous étions déjà amis avant de travailler ensemble pour OVAOM nos échanges étaient toujours très variés et inspirants.

J’ai ainsi pu suivre l’émergence du projet, des premiers croquis aux premiers prototypes de manettes qui ont comme Wandrille l’a déjà évoqué – suscité un vif intérêt du monde thérapeutique et éducatif. En 2019 Wandrille m’a introduit au reste de l’équipe que j’ai rejoint pour prendre en charge la partie business et faire fructifier mes 10 ans d’expérience au sein du groupe Disney où j’ai entre autres géré le département jouets pour une multitude de marchés, touchant à leur conception, leur homologation, le calcul de leur chaîne de valeur, leur marketing et leur distribution à l’international. Quelques compétences utiles complétées par un MBA sur la gestion des entreprises de l’ère digitale.

POUVEZ-VOUS NOUS PRÉSENTER PLUS EN DÉTAIL VOTRE SOLUTION ? C’EST IMPORTANT POUR VOUS D’AVOIR UN PROJET À IMPACT POSITIF ?

Wandrille :

Bien évidemment qu’il est important pour moi de développer un projet à impact positif, Si ce n’était pas le cas, pourquoi je mettrais toute mon énergie dans :

  • Le développement d’un jouet extravagant et innovant ;
  • L’implication des utilisateurs dans la co-conception de leurs futurs outils de travail ;
  • L’imagination d’un objet dont la magie est de faire rire et rebondir de 1000 façons différentes la créativité des grands comme des petits ;
  • Un projet entrepreneurial qui a comme condition de succès la validation par la recherche scientifique de l’impact pédagogique de son produit.

Je pourrais encore soulever des dizaines d’éléments à vous partager mais le plus important c’est notre objectif de faire du Sound Explorer un Game Changer dans l’univers du jouet éducatif. Bonne nouvelle ! c’est bien parti pour !

Ça va comme impact positif non ? 

Doris :

Mon neveu, maintenant un jeune adulte, a énormément souffert de ses troubles des apprentissages, impactant tout son parcours scolaire. J’aurais aimé qu’il ait accès à une alternative aux traitements médicamenteux qui étaient (et le sont toujours dans la plupart des cas) systématiquement appliqué aux enfants qui “sortent du cadre”.

Aujourd’hui, m’investir dans une société à impact est essentiel pour moi : si grâce au Sound Explorer nous pouvons proposer une véritable boîte à outils pour tous les thérapeutes et les enseignants comme celles et ceux qui ont accompagné mon neveu, mon engagement pour OVAOM a plein de sens.

Je parle de boîte à outils parce que le Sound Explorer se compose de plusieurs choses :

  • les manettes : qui permettent de développer la sensorialité et d’interagir avec notre App qui accueille de nombreux jeux sonores pleins d’imagination pour l’entraînement des capacités cognitives, sociales, linguistiques et moteur ;
  • Enfin, il y a notre plateforme Ovaomwiki qui a pour utilité de démultiplier le potentiel de notre catalogue de jeux en y proposant des fiches d’activités co-élaborées avec des professionnels et des chercheurs.

Ces dernières sont d’une aide énorme pour les professionnels, facilitant leur travail grâce à des idées de séances intégrant le Sound Explorer.  Au-delà du cadre médico-éducatif, chacun peut profiter de l’entraînement de son écoute en jouant avec le Sound Explorer. 

Comme l’a déjà dit Einstein: Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes avec la même pensée qui les a créés. Pour répondre aux problématiques d’aujourd’hui, osons alors de penser différemment, et de challenger le statu quo des méthodes que nous appliquons actuellement.

POURQUOI AVOIR CHOISI LA VOIE DE L’ENTREPRENEURIAT POUR MENER A BIEN VOTRE PROJET ?

Wandrille :

Pour la bonne et simple raison que c’est selon moi l’un des meilleurs moyens de donner une portée internationale à une idée. La voie du commerce est un excellent outil de mesure du succès. J’ai toujours dit aux personnes qui m’entourent : Si tu veux changer le monde, monte une boite !

L’entreprenariat c’est inspirant, c’est un challenge qui pousse à donner le meilleur de soi. C’est aussi la possibilité de choisir et de créer une équipe hors normes aux valeurs communes avec des individus qui ont cette envie de faire une différence.

En résumé, une combinaison parfaite pour bousculer la pédagogie !

Doris :

Je suis d’accord avec Wandrille, l’entrepreneuriat est une très bonne manière de faire bouger les lignes et de pousser la société et les personnes à repenser leurs habitudes et leurs acquis, en se réinventant et en voulant toujours aller plus loin.

Depuis toujours l’entrepreneuriat, c’est un état d’esprit pour moi, même en étant (cadre) chez Disney, au fond de moi je me sentais toujours entrepreneur. Quand j’ai commencé à m’engager avec OVAOM j’étais déjà à mon compte.

Cependant, le vécu personnel et l’intuition de Muriel qui sont à la racine de la société OVAOM et du Sound Explorer n’avaient pas directement une vocation entrepreneuriale. Muriel avait d’abord choisi de créer une association. Ceci montre bien que l’OVAOM Sound Explorer et l’équipe ont une forte dimension d’impact sociétal : réinventer nos méthodes d’apprentissages et de soin, tout en permettant chacun de développer cette étincelle qui est en lui ou en elle. Aujourd’hui, on pourrait dire qu’il y a une contradiction entre l’entrepreneuriat et l’impact sociétal, personnellement je pense que l’entrepreneuriat de demain aura toujours un impact sociétal ou environnemental. 

POURQUOI S’ÊTRE TOURNÉ VERS UN FINANCEMENT PARTICIPATIF POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE D’OVAOM ?

Wandrille :

Depuis le début de cette aventure nous faisons des choix forts et un financement participatif est en phase avec cela. L’équipe et celle de Sowefund ont été unanime, notre projet collent à leurs valeurs et à celles de leur communauté.

Un financement participatif est aussi un moyen de donner l’opportunité à toutes celles et ceux qui le veulent, de faire la différence, de s’engager autrement en soutenant des jeunes entreprises.

En choisissant Sowefund nous avons une nouvelle fois fait le choix de l’innovation,
c’est une forme de crowdfunding inhabituel, ici on prend part à une aventure humaine et entrepreneuriale qui porte des valeurs qui nous ressemblent.

Le Grand Kung Fu Panda a dit :

Faire la preuve de ses convictions c’est suivre la voie du Crowdfunding ! (rire).

Doris :

Plus de 10% de la population souffre de troubles du langage et des apprentissages. Statistiquement il est donc très probable que nous connaissons tous et toutes au moins une personne qui en a souffert et/ou des enfants qui en souffrent encore. Et là, nous ne parlons même pas des troubles neuro-dégénératifs des personnes âgées comme l’Alzheimer ou le Parkinson – un autre groupe de personnes pour lesquelles le Sound Explorer est particulièrement bénéfique. Avec le OVAOM Sound Explorer nous avons donc une solution dans nos mains qui touche tout le monde ! Un financement participatif était une évidence pour nous.

À QUOI RESSEMBLE UNE JOURNÉE DANS VOTRE PEAU ?

Wandrille :

C’est du pur bonheur ! Ce sont des journées d’échanges, de partages, et d’actions où l’on apprend 3 métiers en même temps.

Ensuite, c’est répondre aux besoins de la boîte, être force de proposition, toujours penser à comment améliorer notre produit et conserver cette volonté de toujours faire en sorte d’être utile à mon équipe ainsi qu’à mes clients.

Quitte à être un peu casse-pied (rires).

Doris :

Je ne sais pas du tout de quoi tu parles quand tu dis ‘casse-pied’ (rire)…

Plus sérieusement, il n’y pas de journée type (et heureusement d’ailleurs 😊) – ce qui veut dire startup veut dire pivoter et pleine de tâches différentes ! Il est donc essentiel de rester flexible et ouvert d’esprit pour permettre les journées de couler dans le bon sens et ne pas s’opposer au changement qui est inhérent à toute startup…

Pour donner une petite idée des tâches différentes : adapter la stratégie ou les tactiques aux derniers retours du terrain et du marché, traduire des stratégies en prévisionnel chiffré, adapter la stratégie de communication, préparer des pitch decks pour des candidatures différentes, synthétiser, cogérer de divers projets à chaque étape de l’évolution de l’entreprise, comme par exemple la mise en place des documents types et juridiques, l’accompagnement du développement produit pour avoir un produit homologué pour le début de la commercialisation en 2021, négociation avec et choix des fournisseurs etc.

Cette liste n’est pas exhaustive et en constante évolution, ce qui est à la fois le défi et la joie de travailler dans une startup.

SI VOUS DEVIEZ DONNER UN SEUL CONSEIL À UN(E) FUTUR(E) ENTREPRENEUR(E), CE SERAIT LEQUEL ?

Wandrille :

C’est à la réaction de tes clients que tu pourras puiser la force et les réponses pour continuer l’aventure !

Entoure toi d’entrepreneurs avec et sans expérience, les autres ne peuvent pas comprendre ce que tu traverses.

Doris :

Intéressante, cette réflexion de faire la part entre les entrepreneurs et les non-entrepreneurs dans son entourage…

De mon vécu je dirais : Ne pensez pas que ce qui était valable dans le passé vous aidera à aller plus loin dans le futur – trouvez le bon équilibre, utilisez vos connaissances et expériences sans être aveuglé par elles. Et – last but not least – choisissez un sujet ou une mission pour votre entreprise qui vous fait vraiment vibrer, qui s’inscrit dans votre raison d’être personnel et pour lequel vous êtes prête à vous coucher plus tard et à vous lever plus tôt… 

POUR FINIR, QUELLE EST TA PHILOSOPHIE DE VIE EN 3 MOTS ?

Wandrille :

Mettre-en-lien.

Doris :

Si je suis vraiment limitée à 3 mots 😊 apprentissage (éternelle), intuition, partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *