Fort de son succès depuis plusieurs années, le marché de la crevetticulture ne cesse de s’étendre. Mais avec la situation environnementale et sanitaire actuelle, la production de crevettes et des autres produits de la mer pose problème. Pour y remédier, grâce à sa technologie brevetée, la startup Agriloops propose une solution éco-responsable et plus respectueuse des espèces animales et végétales. Retour sur un marché en pleine évolution …

La crevetticulture, un marché qui continue son expansion

Depuis plusieurs années, la consommation de crevettes a explosé et le marché connaît une expansion continue. En effet, le marché de la crevetticulture produit 7 fois plus qu’en 1990. En France, il représente, 1 milliard d’euros avec une croissance annuelle de 5%. De plus, entre 2015 et 2020, le marché français a évolué de 21% et l’Europe est placée en première position parmi les importateurs de crevettes. Selon FranceAgrimer, 85 000 tonnes de crevettes tropicales ont été importées en France en 2017, soit 35% de plus que 6 ans auparavant. Ces chiffres placent la France parmi les plus grands consommateurs de produits de la mer avec une consommation moyenne de 35 kg par personne et par an !

Un impact environnemental et sanitaire non négligeable

L’aquaculture est l’élevage d’espèces animales ou végétales en milieu aquatique. Selon la FAO, 50% de la production de produits de consommation d’origine aquatique provient de l’aquaculture. Or, la plupart du temps, leur production détruit la biodiversité en envahissant les surfaces de mangrove. En effet, dans les années 1980 à 1990, près de 35% des forêts de mangrove ont disparu, principalement du fait de la production de crevettes (de 5 à 25%). 

Provenant souvent de pays asiatiques ou équatoriaux, les crevettes finissent cuites, emballées puis sont transportées à des milliers de kilomètres. Ce processus provoque un désastre écologique, mais aussi des scandales sanitaires avec la dégradation des produits, notamment de leur chair. 

De plus, l’élevage intensif peut causer des maladies et demander l’utilisation de traitements antibiotiques ou antifongiques. Ces maladies et traitements contaminent les produits et entraînent donc des problèmes de santé publique.

Cependant, les mentalités changent et les consommateurs se rendent compte de l’impact écologique et sanitaire de la production de crevettes. Ils commencent donc à privilégier les fermes aquacoles plus respectueuses de l’environnement, comme le fait Agriloops.

L’aquaponie en milieu salé, la solution d’Agriloops pour mettre un terme aux dégâts 

Pour répondre à ces problématiques environnementales et hygiéniques, Agriloops a développé une technologie de rupture sur le marché de la crevetticulture. Aujourd’hui, Agriloops est le seul acteur à avoir développé et breveté une technologie de production aquaponique en milieu salé pour associer la production de gambas au maraîchage. 

La société se base sur les principes de l’économie circulaire. Elle propose des gambas produites localement de manière éco-responsable, qui n’ont jamais été congelées ni connu de traitement antibiotique. De plus, Agriloops recycle l’eau utilisée pour les gambas et s’en sert pour produire ses végétaux, ce qui lui permet de réduire sa consommation d’eau à 90% !

Une campagne de levée de fonds pour Agriloops sur Sowefund

Après une 1ère levée de fonds en 2018, Agriloops ouvre de nouveau son capital aux particuliers sur Sowefund. La société recherche 5 millions d’euros pour financer sa ferme pilote, Mangrove #1, et les prochaines étapes de son développement. Voici la répartition de son budget :

  • 24 % : Recherche & Développement 
  • 23 % : Dettes & frais 
  • 18 % : Industrialisation 
  • 17 % : Commercialisation & Marketing 
  • 9 % : Production 
  • 9 % : Autres charges

Dès 2024, l’entreprise entamera sa phase d’internationalisation au travers d’une stratégie de vente de franchise de ses fermes aquaponiques pour devenir le leader mondial de la crevette haut de gamme et de l’aquaculture durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *