BONJOUR FABRICE, BONJOUR JEAN-BAPTISTE, TOUT D’ABORD POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER À CEUX QUI NE VOUS CONNAISSENT PAS ? D’OÙ VENEZ-VOUS ? QUEL EST VOTRE PARCOURS ? ET NOUS DIRE QUI SE CACHE DERRIÈRE QOTTO ?

Jean-Baptiste : Nous nous connaissons depuis 15 ans. Nous nous sommes rencontrés en jouant au Rugby. Ça nous a rapproché de jouer ensemble, de gagner, de perdre et de se relever.
Après 20 ans d’expérience chacun de son côté, nous avons décidé il y a trois ans de mettre en commun nos compétences en technologie, commerce et finance, nos expériences en management en Europe et en Afrique et nos envies d’entreprendre et d’impact.
Nous avons tous les deux un parcours qui commence par la technique dans les télécoms et puis nous avons bifurqué, Fabrice en finance et moi en commerce et en humanitaire. Après quelques années chacun à des postes de direction, nous avons eu envie d’entreprendre.
Qui se cache derrière Qotto ? On ne se cache pas ! On espère bien montrer que le modèle d’entreprise à impact que nous défendons est rentable et durable. Que c’est même le modèle d’avenir des entreprises. 


NAPOLÉON HILL DISAIT « TOUTES LES RÉALISATIONS, TOUTES LES RICHESSES ACQUISES ONT DÉBUTÉ AVEC UNE IDÉE ». ET POUR VOUS, COMMENT VOUS EST VENUE L’IDÉE DE QOTTO ?

JB : Gandhi a dit “Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde” et Jacques a dit “Just Do it” 

Fabrice : 🙂 Nous avons tous les deux constaté d’une part que le monde de l’Énergie vivait la même décentralisation que celle que nous avons connue dans les Télécoms dans les années 2000  (j’ai investi chez Eurazeo dans plusieurs sociétés participant à cette décentralisation : Fonroche, IES Synergy…) et d’autre part que la demande pour des systèmes solaires domestiques explosait en Afrique de l’Est

JB : Quand je suis arrivé au Kenya pour Action contre la Faim en 2003, je me suis rendu compte que tout d’un coup tout le monde avait un téléphone mobile ! Le saut technologique avait changé la vie des gens. Il se passe un peu la même chose avec l’énergie : si le réseau fixe ne vient pas aux habitants, c’est à la (micro) centrale de venir chez eux. Donc produire l’électricité là où ils consomment. Ce qui est désormais possible. 

Par ailleurs mon expérience chez Thomson Télécom, fabricant des Livebox, m’avait également convaincu de la capacité de l’industrie à déployer des solutions technologiques à grande échelle

F : Nous avons ensuite logiquement associé ces idées pour créer un produit combinant nos multiples expériences.


QUELLES VALEURS SOUHAITIEZ-VOUS VÉHICULER EN CRÉANT QOTTO ?

F : – D’abord, la confiance : confiance entre nous bien sûr , dans l’ensemble de l’équipe Qotto, mais aussi plus généralement entre Qotto et toutes les parties prenantes : nos clients, nos fournisseurs, nos financiers. Nous disons ce que nous faisons et faisons ce que nous disons 

– ensuite : exemplarité et durabilité. Nous voulons démontrer qu’un nouveau modèle d’entreprise qui conjugue l’impact social et la profitabilité est possible et souhaitable afin que l’impact soit durable et perdure.

– enfin la persévérance : développer une entreprise en demande toujours, croître en Afrique, dans l’environnement rural, en demande encore plus. Surtout quand ton innovation passe par l’expérimentation sur le terrain.


UNE JOURNÉE DANS LA PEAU DE FABRICE ET JEAN-BAPTISTE, CELA DONNE QUOI ?

F : Un vrai cocktail !

D’abord un GRAND tiers de Finance:  en interne ou vers l’extérieur pour trouver des financements.

Ensuite, un BON tiers de management : suivi des projets, analyse de nos données, management de nos équipes.

Puis un tiers de technique : suivi de la roadmap R&D et des processus de débugage

et un petit tiers de communication

JB : Et ça fait 4 tiers…

F : Comme César chez Pagnol, oui 😉

JB : Mais quand on entreprend il faut être TRÈS généreux. J’en rajouterai bien un cinquième, c’est l’aventure. Se retrouver dans des situations peu communes, au milieu de la brousse, sous 45°, à l’arrière d’une moto pour aller rencontrer des clients et accompagner les équipes de ventes et d’installateurs sur le terrain. 

Et du coup ensuite on dort bien.


QU’EST-CE QUI VOUS A POUSSÉ À CHOISIR LA VOIE DE L’ENTREPRENEURIAT ?

F : Après des années comme investisseur, j’ai compris que le succès d’une entreprise passait autant voire plus par l’exécution que par la stratégie. J’ai ressenti le besoin de faire, pas seulement d’analyser et conseiller. Pour ça, il me fallait un associé capable d’aller au contact. 

JB : Je ne trouvais pas d’entreprise qui faisait ce que fait Qotto. Je suis arrivé à la conclusion qu’il fallait le faire moi-même. J’avais tenté en 2012. Il me manquait un associé. Lorsqu’on en a parlé avec Fabrice, c’était clair que nous serions une équipe solide et complémentaire. Du coup c’était le moment de combler le besoin et proposer notre solution. 


QUELS CONSEILS DONNERIEZ-VOUS À UN FUTUR ENTREPRENEUR ?

JB : “Never give up” et bien s’entourer. L’équipe est fondamentale. C’est l’équipe et sa dynamique qui permet d’aller au bout de ses idées et de mettre en oeuvre sa vision. 

F : Mets ta ceinture, ça va secouer ! Il faut être prêt à encaisser les émotions, parce qu’on passe rapidement du top à la catastrophe. Et c’est parti pour de nombreuses années; il y a intérêt à choisir les bonnes personnes et le bon sujet !


POURQUOI AVOIR CHOISI L’INVESTISSEMENT PARTICIPATIF POUR DÉVELOPPER QOTTO ?

JB :  Pour deux raisons principalement :
1/ Depuis que nous avons lancé Qotto, de nombreuses personnes souhaitent participer à l’aventure, nous aider, nous accompagner. L’un des moyens pour “prendre part” à cette aventure est de nous permettre de financer notre développement en devenant actionnaire.
2/ C’est aussi la possibilité de faire connaître Qotto du grand public, alors même que notre cible est en Afrique. C’est donc pour nous la possibilité de faire connaître une expérience entrepreneuriale durable dans laquelle on croit très fort. 


QUELS SONT VOS PROCHAINS DÉFIS/ VOEUX POUR CES PROCHAINES ANNÉES ?

JB : Faire grandir Qotto, ouvrir d’autres pays en Afrique Sub Saharienne et renforcer nos équipes pour absorber la croissance.

F : Nous souhaitons que Qotto devienne une entreprise rentable pour que son impact positif dure dans le temps. 

POUR FINIR, SI VOUS DEVIEZ DÉFINIR VOTRE PHILOSOPHIE DE VIE EN 3 MOTS ?

JB : Never give up !

F : Apprendre, essayer, recommencer





1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *